01 août 2008

Juillet 2008 (1)

Lulingu - Souvenirs de voyage (1)
(juillet 2008)

main_dans_la_main

 1. Contexte

 Au cours du mois de juillet 2008, une équipe de jeunes de Braine l’Alleud a entrepris un  voyage vers Lulingu, paroisse du Sud-Kivu faisant partie du diocèse de Kasongo. C’est à ce diocèse de Kasongo que notre blog Tam-Tam consacre l’essentiel de ses articles, de ses échos et reportages photos.  

Vue_a_rienne_OK_txt
Lulingu - l'entrée du village

 

Après un premier voyage de reconnaissance effectué en janvier par Alain de Maere et Julien (voir post de l’époque), le but du voyage était cette fois de définir, avec précision et en  accord avec les habitants, les objectifs du jumelage envisagé entre les paroisses Ste-Barbe de Lulingu et St-Etienne de Braine l’Alleud. 

 

C’est à nouveau Alain de Maere, curé-doyen de Braine l’Alleud, qui a mené une petite équipe composée cette fois de Christel, logopède, Stéphane, éducateur, et Jean-François, jeune séminariste. Il faut dire qu’Alain de Maere est un habitué de cette région du Congo où il est très apprécié, d’autant plus qu’il parle maintenant avec aisance un excellent swahili … Jean Badiufa était aussi du voyage : retour au pays après deux années passées en Belgique.

 

En parallèle et au même moment, une autre équipe belge composée de Guy Bemelmans et Hilario, deux spécialistes de « Energy Assistance » (ONG du groupe Suez-Tractebel) et de Serge Lammens, ancien directeur de société actif dans cette région avant les guerres, partait également à Lulingu pour y faire l’inventaire des moyens à mettre en œuvre pour remettre en état la centrale électrique construite en 1955, au temps de la colonisation belge. Cette possibilité de remise en état avait été identifiée lors du voyage de reconnaissance de janvier dont on a largement parlé dans ce blog. Et « Energy Assistance » avait, sans hésitation, répondu positivement à la demande d’intervention qui lui avait été faite. Il faut espérer que le courant sera bientôt rétabli à Lulingu. Et ce ne serait pas banal car, encore aujourd’hui, 95 % des agglomérations du diocèse de Kasongo (grand comme 2.5 fois la Belgique !) sont plongées dans l’obscurité dès que le soleil se couche, à 18h30 chaque jour de l’année …

.

dsc_4641
Le soleil se couche sur Lulingu ... 

 

Un compte-rendu de cette mission technique sera prochainement publié dans ce blog. Mais déjà il faut remercier tous ceux qui contribuent à rendre possible ce genre d’interventions humanitaires, toujours effectuées bénévolement par des experts hautement qualifiés. La photo ci-dessous donne un exemple de la mobilisation que ces interventions suscitent : il s’agit ici des 485 participants aux 20 km de Bruxelles 2008, tous faisaient partie du Groupe Suez et tous se sont fait sponsoriser au profit de « Energy Assistance ». La couleur orange se retrouvera, à Lulingu, sur les logos des T-shirt …

 

 

20_km_Bruxelles
5% des 25.000 participants aux 20 km de Bruxelles 2008
couraient au profit d'Energy Assistance ...
 
 

*
*    

Avant de parler un peu plus en détail du projet de jumelage, il faut dire deux mots du contexte géographique. Lulingu est situé à environ 150 km à l’ouest de Bukavu. Elle est une des 13 paroisses du diocèse de Kasongo, qui lui-même est grand comme 2,5 fois la Belgique. C'est dire que la paroisse de Lulingu ne couvre pas un territoire comparable à ce que nous connaissons en Europe.

 

A l'origine, c'était un poste de mission, fondé en septembre 1960 par les Pères Blancs, en plein cœur d’une riche zone minière (cassitérite, coltan, …).

.

LULINGU_P_Rommens_Emile_1965_2 Lulingu_cr_che_vivante_1965 LULINGU_Assembl_e_1965
Les Pères Blancs à Lulingu (probablement Noël 1965)        archives Adrien Mertens

.

Cette mission devint le centre d’une vaste aire d’évangélisation. La paroisse couvre en effet 200 x 100 km. Elle est divisée en "communautés de base" – les shirika- qui sont elles-mêmes des centres très dynamiques de catéchèse avec lieu de culte. Lorsque les Pères partaient en tournée pour apporter les sacrements aux habitants des villages de la paroisse, leur absence durait de longues semaines. Suite aux guerres qui ont ensanglanté toute la région, les Pères Blancs furent forcés d'abandonner Lulingu, il y a près de 10 ans. La paroisse est aujourd’hui et depuis 2007, desservie par des prêtres diocésains. Et les déplacements ne sont certainement pas plus faciles qu’il y a 50 ans … 

 

Par voie terrestre, Lulingu est complètement isolée : aucune route praticable aux voitures n’y mène plus depuis longtemps. Elle reste heureusement accessible par avion petit porteur, car elle dispose d’une piste d’aviation, Tshonka, située à 11 km de la localité. Cette piste est maintenue en activité car c’est là que, tous les jours, plusieurs Antonov viennent enlever leur cargaison de minerai … et apportent depuis Bukavu, et à gros prix …, les produits de première nécessité. C’est ainsi que l’essence est actuellement vendue environ 5 euros le litre à Lulingu !

.

Tshonka
L'arrivée à Tshonka

devant l'aérogare (?), les sacs de minerais, bien gardés, attendent l'Antonov ...

 

La population de la paroisse de Lulingu, dans son ensemble, bénéficie peu de l’exploitation des richesses du sous-sol de la région. Les gens vivent (survivent, plutôt …) de façon très précaire. A défaut de routes, aucune activité commerciale valorisante n’est possible, si ce n’est au niveau purement local ; les produits agricoles ne peuvent être exportés, etc., etc. Ce mur auquel se heurtent les bonnes volontés en décourage beaucoup et les amène à tenter leur chance dans la « grande ville », Bukavu où la plupart rejoindront les rangs des sans emploi … 

 

La source essentielle de revenus à Lulingu est de devenir « creuseur » dans les mines où la journée est payée une poignée de francs congolais, c’est-à-dire peu, très peu … Et pour se procurer une main d’œuvre encore moins chère, les recruteurs n’hésitent pas à embaucher des enfants qui quittent alors l’école se privant totalement des maigres chances qu’ils avaient de se préparer un avenir meilleur… Cette anarchie s'explique par la déliquescence de tous les corps de l'Etat : administration, justice, etc... Il y a progrès, mais tout cela est encore loin d'être normalisé.

 

Et pourtant, au milieu de ce dénuement quasi-total, toute une population, des dizaines de milliers de gens, vivent et surtout espèrent. On le verra sur les photos ramenées par les voyageurs, la joie de vivre est évidente maintenant que la paix est revenue –et c’est vrai que c’était la condition essentielle pour que la situation commence à se rétablir. Et voilà que des européens reviennent : Wazungu wanarudia ! Cela ne s’était plus vu depuis 10 ans …

.

Femmes_couleur_bandeau
Femmes_couleur_bandeau_2
.

Donc, on revêt les habits de fête, on chante, on danse pour accueillir l’étranger en visite. C’est évident sur les photos : c’est une explosion de couleurs magnifiques. On en oublie presque la réalité quotidienne dont témoigne quand même cette image … .

 

Femmes_au_panier
Le transport des fardeaux se fait à "dos de femmes" ...
 

 

*

*   * 

 

 

Bandeau_traditions
Figures de danse rituelle exécutées par les "anciens", les wazee.
 
 

Lulingu dépend administrativement de Shabunda dont on a déjà parlé sur ce blog. Ces deux cités sont en plein cœur du territoire habité par l’ethnie Lega dont la culture ancestrale fait aujourd’hui l’objet de nombreuses études. L’art lega est maintenant très apprécié dans nos pays occidentaux où les plus belles pièces ont pris une valeur considérable. (le prix record pour un objet Lega : 100 millions d'anciens francs belges pour ce petit masque d'initié Lukungu en ivoire - hauteur 20 cm - XIXè s.)

 
Lega_Lukungu_2_4_mio_euros_20_cm_grand_initi__ivoire 

Le Bwami, société initiatique lega au code moral et social souvent plein de sagesse, est toujours resté actif et très influent. C'est peut-être une des raisons de la cohésion sociale qui a permis à ce peuple de traverser, presque intact, les épreuves qu’il a connues. Au sein de la génération montante, spécialement chez les intellectuels, on perçoit un regain d'intérêt et d'attachement pour cet héritage du passé. Même, une certaine inculturation des Evangiles dans la tradition lega fait aussi l’objet de réflexions, si pas de recherches.  

 

Prochain 'Post' : Images du séjour à Lulingu 

 

Soyez_les_bienvenus 

 A suivre …  


 

Posté par tamtam_1310 à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2008

Janvier 2008 - 1er voyage

1er voyage à Lulingu

Janvier 2008

 

Après quelques jours passés à Kasongo, siège de l'évêché dont fait partie Lulingu, trois hardis voyageurs, André de Maere, P. Alain de Maere et Julien Cloots, s'envolent pour cette nouvelle destination : Lulingu. 

S5000209r 

Lulingu est alors une paroisse qui vient de "réouvrir" : pendant près de 10 ans, depuis le départ des Pères Blancs pour cause d'insécurité grave, cette paroisse n'avait plus eu de desservant. Un fils du pays, plein d'expérience, l'abbé Gabriel Bonga, vient d'y être nommé curé en 2007. Un de ses premiers soucis est d'ouvrir sa paroisse au monde. Cela tombe bien : à l'occasion des Journées Diocésaines de la Jeunesse de juillet 2007, il avait rencontré à Kasongo une délégation de jeunes chefs scouts belges accompagnés par l'abbé Alain de Maere fraichement nommé Curé-doyen de Braine l'Alleud en Belgique. La paroisse St-Etienne de Braine l'Alleud n'ayant pas encore de "paroisse-soeur" au Congo, l'abbé Bonga n'hésita pas à proposer sa paroisse pour occuper cette place ! Pourquoi pas, si c'est possible ? fut sans doute la réponse de l'abbé de Maere...

D'où ce premier voyage de janvier 2008 pour étudier la possibilité de créer des liens entre les deux paroisses. Ce fut donc le premier pas vers le jumelage actif qu'on connait aujourd'hui...

Julien Cloots a ramené des images de ce voyage et en a fait un petit montage que voici :  


 

Posté par tamtam_1310 à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2008

Janvier 2008 - Wazungu wanarudia !

Wazungu wanarudia !
(Les Blancs reviennent !)

Janvier 2008

 C’est par ce cri que trois de nos compatriotes ont été accueillis à Lulingu, à 250 kilomètres au nord de Kasongo, au cœur d’un territoire complètement isolé depuis des années. C’était la 1ère fois depuis 9 ans que le petit avion du P. Denis y atterrissait. Et Lulingu n’est accessible que par avion …  

d_21613985 f_21614061

Premiers Européens à venir à Lulingu depuis 9 ans, les Visiteurs, emmenés par Alain de Maere, sont l'objet d'une
vive curiosité de la part des enfants. Tout au long du chemin qui relie la piste de brousse de Tshonka à Lulingu (10 km),
les enfants des écoles sont venus faire la haie.

  e_21614890
Accueil devant l'église de Lulingu : selon la coutume, les Mamans expriment leur joie par le chant et par la danse

Ce passage par Lulingu fut le point d’orgue d’un séjour qui avait commencé, classiquement, par Kasongo. Cette fois, le P. Alain de Maere avait emmené avec lui Julien Cloots de l'ASBL Urafiki, jeune ancien chef scout, et son Papa, André de Maere, ancien Administrateur Territorial au Nord Kivu. On devine avec quelle émotion celui-ci a retrouvé le Congo plus de 50 ans après son premier voyage ...  

a_21614972_p
Les "pionniers" : Alain de Maere, André de Maere, Julien Cloots
à leur retout de Lulingu, devant la cathédrale de Bukavu
  

C’est à André de Maere qu’on doit le compte-rendu ci-après :  

UNE QUINZAINE MÉMORABLE AU SUD KIVU ET AU MANIEMA  

Alain de MAERE, Curé-Doyen de Braine-l’Alleud, Julien CLOOTS, un jeune ingénieur informaticien et ancien Chef Scout à La Hulpe, Président d’URAFIKI (en français : amitié), une A.S.B.L. s’occupant de projets de développement durable et moi-même, venons de passer un séjour absolument inoubliable entre Noël et le Nouvel-An, dans les provinces du Sud-Kivu et du Maniema, situées dans l’Est de la République Démocratique du Congo. 

Inoubliable en effet, en raison de l’accueil que nous y avons reçu et qui devenait encore plus chaleureux et enthousiaste lorsque mes interlocuteurs apprenaient qu’avant l’indépendance, j’avais été Administrateur Territorial dans divers territoires du Nord-Kivu !  

Notre voyage avait pour but d’intensifier la coopération entre le Diocèse de Kasongo et Urafiki ainsi que les paroisses Saint-Nicolas de La Hulpe et Saint-Etienne de Braine l’Alleud, surtout dans le domaine de l’enseignement, par le biais de la création de bibliothèques pour les écoles diocésaines de Kasongo, l’envoi de nombreux livres pour la paroisse Sainte-Thérèse de Mingana jumelée avec la paroisse Saint-Nicolas de La Hulpe et du jumelage à venir de la paroisse Ste Barbe de Lulingu avec la paroisse St Etienne de Braine-l’Alleud.

Alain et Julien ont également suivi la progression du mouvement scout lancé en juillet 2007 par d’anciens Chefs louveteaux et scouts de La Hulpe à Kasongo. Ils y avaient lancés le scoutisme en commençant par des meutes de louveteaux. Ceux-ci nous attendaient au grand complet, à l’entrée de la ville, lors de notre arrivée à Kasongo et nous ont escortés en chantant jusqu’à la Procure du Diocèse ! Ils nous ont impressionnés par leur enthousiasme et leur sérieux. 

DSC00829r
les Loups de Kasongo
 


Danses avec les Loups par papifef

 Tandis qu’Alain et Julien s’activaient avec les responsables locaux des écoles diocésaines, on me sollicitait de partout pour donner une conférence par-ci, accorder une interview par-là, sur la manière dont fonctionnait ce fameux Service Territorial, qui avait tellement bien administré le Congo jusqu’au 30 juin 1960, qu’il en avait fait une « colonie modèle » !  

c_21614840
André de Maere interviewé par une radio locale

 Je me suis prêté de bon cœur à ces sollicitations tout en précisant bien chaque fois que mon exposé, illustré de photos d’époque et suivi d’un DVD, serait court afin que tous ceux qui le souhaitaient, aient la possibilité de poser ensuite toutes les questions qu’ils voulaient, sans le moindre tabou ou la moindre restriction. Et j’ai été servi. Invariablement, mon interpellateur rendait d’abord un vibrant hommage à la Belgique pour avoir réussi ce tour de force de faire passer le Congo, un pays pourtant 80 fois plus grand qu’elle, en si peu de temps, à un stade de développement supérieur à tous les autres pays africains.  

Et de rappeler que, du temps des Belges, la population vivait en paix, les voies de communication étaient entretenues et permettaient à tous de circuler et de faire circuler les produits des récoltes et autres marchandises partout en toute sécurité, que l’enseignement et les soins médicaux prodigués jusque dans les coins les plus reculés, étaient gratuits pour tous !  

Mais tout aussi invariablement, suivait alors une critique acerbe sur la manière dont les Belges avaient laissé tomber le Congo après lui avoir accordé beaucoup trop tôt une indépendance à laquelle les Congolais n’avaient pas été préparés ! Une indépendance que seule une minorité de meneurs réclamaient à cor et à cri pour pouvoir se livrer sans contrainte au pillage, à leur seul profit, des richesses que les Belges avaient su tirer du pays et dont tous bénéficiaient.  

Ce que nous voulions, m’ont-ils dit, c’était nous élever dans la hiérarchie coloniale, devenir administrateur territorial, officier, magistrat, agronome, médecin, vétérinaire, directeur de société et au lieu de cela, vous nous avez « balancé l’indépendance » et vous êtes partis !  

Et d’attribuer à ce manque de préparation à se gouverner eux-mêmes, la cause de tous leurs maux, les millions de morts de toutes ces guerres civiles et autres rébellions toujours vivaces et l’incapacité de leur peuple à sortir de l’abîme !  

C’était évidemment un peu court comme raisonnement et je n’ai pas manqué de leur dire qu’il me rappelait furieusement les reproches que certains enfants trop gâtés au cours de leur adolescence font, après avoir réalisé où cela les avait menés, à leurs parents. Coupables selon eux, de leur avoir donné beaucoup trop tôt la liberté de faire tout ce qu’ils voulaient.  

Je leur ai dit aussi que si nous avons donné la préférence à un enseignement destiné à la masse de la population et non réservé à une élite, c’était dans le but de donner des chances égales à tous et de faire progresser l’ensemble des Congolais, pas à pas, étape après étape, du degré primaire au degré secondaire et ensuite au degré universitaire, deux superbes établissements, Lovanium et Elisabethville ayant d’ailleurs délivré leurs premiers diplômes universitaires à la veille de l’indépendance.  

Mais j’ai bien dû reconnaître que nous avons été pris de court et que si nous avions su former aussi des élites, comme le faisait l’Eglise qui dès ses débuts avait eu la sagesse de laisser accéder des africains au sacerdoce, les choses auraient pu évoluer beaucoup plus sereinement.  

En conclusion, leur ai-je dit, les Belges ont certes été d’excellents « gestionnaires » (bruyantes approbations) mais n’ont sans doute pas été assez « visionnaires » (applaudissements) ! Les réunions se terminaient tard et se poursuivaient encore par des conversations en « aparté » au cours desquelles les Congolais me disaient leur espoir de voir les Belges revenir pour que tout « redevienne comme avant » !  

Arrivée à Lulingu_janvier 2008r2
Tout au long du chemin, la population se presse pour nous accueillir
 

Notre mission se terminait à Lulingu, une région entièrement enclavée qu’on ne peut atteindre que par avion et où on ne peut circuler qu’à pied, à moto ou à vélo. A notre descente d’avion, nous avons été accueillis au bord de la piste tracée en pleine forêt vierge par des centaines de mamas agitant des palmes, des fleurs, dansant et chantant à tue-tête !

S5000208r2
Alleluia des femmes de Lulingu
 

En guise de cadeau de bienvenue : des fruits, des poulets, des canards et même une chèvre! Tout au long des 10 kms qui nous séparaient de l’endroit où nous allions loger, les villageois avaient érigé des arcs de triomphe, les habitants sortaient à notre rencontre avec des cris de joie et des acclamations où revenait ce leitmotiv lancé à pleine voix : « Wazungu wanarudia ! » (Les Blancs reviennent !). Juchés à l’arrière sur les petites motos chinoises qui zigzaguaient d’une ornière à l’autre pour éviter les trous, il fallait bien s’accrocher pour répondre dignement d’un bras puis de l’autre aux vivats qui fusaient de partout !

IMG_0142r
les motos-taxis
 

De retour à Bukavu, nous avons encore été interviewés tous les trois par la Télé locale, ravie de l’aubaine de pouvoir présenter à ses téléspectateurs trois Belges, dont l’un (Julien) venait pour la 1ère fois au Congo, l’autre (Alain) y venant régulièrement chaque année et moi, qui y avais vécu avant l’indépendance et qui y avais été administrateur territorial !   

 André de Maere Administrateur de Territoire Honoraire Janvier 2008

IMG_0315r
Visite dans la famille de l'Abbé  Justin Sekatera (au centre), ancien vicaire à La Hulpe
et (2008) Chancelier de l'Archidiocèse de Bukavu
 

IMG_0298r
Beauté et repos à la Procure de Kasongo à Bukavu


 

Posté par tamtam_1310 à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 janvier 2008

Localisation de Lulingu

Où se trouve Lulingu ?

 

Lulingu est une localité du groupement Bamuguba-Nord, collectivité chefferie de Bakisi en territoire de Shabunda dans la province du Sud-Kivu située à 40 km de Katchungu et 100 Km de Shabunda. Avec les villages tout proches (dans un rayon de 10 km), elle compte environ 35.000 habitants, soit 7.000 ménages. A ceux-ci s'ajoutent les nombreux "déplacés" qui viennent chercher refuge à Lulingu. Le nombre de déplacés est éminemment variable en fonction de l'intensité des troubles que connait la région. La dernière évaluation, faite au début 2012, estimait qu'environ 4.000 ménages (soit +/- 20.000 personnes) s'étaient provisoirement installés à Lulingu. Cet afflux de réfugiés apporte évidemment son lot de difficultés de toutes natures dans les domaines de la santé, de la nutrition, de l'éducation, etc. Tous problèmes que les autorités et habitants de Lulingu sont bien incapables de gérer, eux-mêmes vivant déjà dans des conditions plus que précaires...  

Map_GoogleLulingu, au nord de l'image, se trouve à vol d'oiseau à 150 km de Bukavu, son chef-lieu de province et à 250 km du siège de son diocèse, Kasongo (au sud de l'image). Les bulles vertes localisent les différentes paroisses de ce diocèse.

Aucune route carrossable ne mène à Lulingu, si ce n'est une piste uniquement accessible aux motos/vélos entre Shabunda et Lulingu, avec franchissements d'importantes rivières en pirogue...

La communication depuis Bukavu se fait par avions petits porteurs (généralement des Antonov) qui embarquent quelques passagers en plus des approvisionnements en biens de consommation. Dans le sens Lulingu-Bukavu ou Goma, ces avions emportent toute la production des différents minerais extraits dans les environs.

En raison de la présence de nombreux réfugiés à Lulingu, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations-Unies envoie un avion par semaine avec des denrées de première nécessité.  

 

Map_Google_Kahuzi

Sur l'image-satellite ci-contre, on a entouré la zone accidentée couverte de forêts primaires, située au Nord de Lulingu et qui sert de refuge à toutes sortes de rebellions. C'est de cette région que proviennent la plupart des réfugiés qui vont s'abriter à Lulingu.

Cette zone est plus grande que la Belgique et comprend aussi les 600.000 hectares de la réserve naturelle de Kahuzi-Biega (deux anciens volcans éteints) où subsistent de nombreuses espèces animales menacées d'extinction, dont les gorilles de plaine.


A droite de l'image on voit deux des Grands Lacs (lac Edouard et lac Kivu) et à gauche, le fleuve Congo. 

Les coordonnées GPS de Lulingu sont : Latitude Sud : 02 20’ 32.7’’/ Longitude Est : 27 36 37.5’’


 

 

Posté par tamtam_1310 à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,