LULINGU

SOUVENIRS INÉDITS DU VOYAGE DE JANVIER 2021

Quelques clips-vidéo pris pendant le séjour 2021 à Lulingu

Accueil à l'entrée d'une shirika

Accueil typique à l'arrivée dans une shirika

Avertis un peu mystérieusement de l'arrivée de visiteurs, la population de la shirika passe ses habits du dimanche, coupe des rameaux et se porte à la rencontre des arrivants pour exprimer leur joie de les recevoir et les escorter jusqu'au village en chantant et en dansant...

Messe à la shirika de Milanda

Les dons se font également et souvent en nature : ici on voit offrir par l'un un canard, par l'autre une chèvre... Ici encore, à la différence de chez nous, les fidèles se déplacent en chantant et en dansant pour apporter leur offrande à l'autel...

Prière du matin à la shirika de Nkuni

Dans les shirika (i y en a plusieurs dizaines), le prêtre ne passe que rarement pour célébrer la messe et apporter les sacrements. En "temps ordinaire", le responsable de la shirika réunit les fidèles quotidiennement. Ici, c'est pour la Prière du matin.

 Répétition du chant Merci Seigneur

Dans la shirika de Lolo, les enfants répètent les chants avant la messe ou un autre office

Animation avec des enfants

Toujours dans la shirika de Lolo, les enfants se font des souvenirs en participant à une animation à laquelle se joint l'abbé Alain

Messe à la shirika de Tchonka

Quelques extraits de la messe célébrée par l'abbé Alain dans la shirika de Tchonka. 
C'est à Tchonka que se trouve la piste de brousse où atterrissent les avions desservant Lulingu depuis Goma ou Bukavu.
Comme à chaque messe, on remarque l'affluence, on remarque que chants et danses sont omniprésents et que l'abbé Alain maîtrise parfaitement le kiswahili et que, souvent, les fidèles et surtout les enfants s'expriment volontiers en français.

Sur la route de Milenda à Katchungu

Un clip de quelques secondes pour illustrer une situation que les habitants vivent partout et toujours dans ces coins du Congo. Et qui explique que ces populations vivent en autarcie, non pas volontairement comme certaines communautés, mais par la force des choses en raison de l'absence quasi totale de moyens de communication...

Les rappeurs de la shirika de Nkuni

... Mais il y a des failles dans les murs qui encerclent ces populations et on découvre, comme ici, que la jeunesse assimile très bien ce nouveau moyen de transmettre des messages qu'est le rap... Et non sans talent, il faut le dire. On remarque aussi le sérieux qu'affiche le visage de ces jeunes. Il est sans doute en adéquation avec le contenu du chant (dont on n'a malheureusement pas la traduction). 

Peinture à l'hôpital de Lulingu

Au retour de ce long périple dans la paroisse de Lulingu, ce n'est pas encore l'heure du repos... La Fondation Croix-du-Sud a envoyé un subside pour l'entretien de l'hôpital. L'abbé Alain est mis à contribution pour des travaux de peinture : comme il est très grand, pas besoin d'échaffaudage !

*
*   *