Par Pascale de Viron

Cette année, j’ai eu la chance d’accompagner Mia et l’abbé Alain à Lulingu. Expérience inoubliable, ce furent mes premiers pas en Afrique centrale.  Les rencontres et les découvertes y furent multiples et enrichissantes.  Voici le compte  rendu de quelques-unes.

Des paysages multiples et variés

P01-DSC03932r

 

 

 

Professeur de géographie, je découvre ce monde de la forêt équatoriale primaire sous la saison sèche.  Qui dit saison sèche dit beaucoup de poussière et je m’attends à un ciel brouillé de poussières. Or, il n’en est rien, nos journées sont généralement ensoleillées,  agrémentées de températures souvent bien plus douces qu’en Belgique où règne la canicule.

La forêt équatoriale de cette région du Kivu est grande, composée de sous-bois et de grands arbres aux espèces aussi variées qu’inconnues de nos contrées. Cette nature luxuriante peuplée de bruits tantôt mélodieux tantôt étranges, est pour moi une réelle découverte.

P02_r               P03-DSC03931r

Tout autre paysage mais aussi enchanteur est  le lac Kivu.  Son étendue calme et reposante contraste avec la ville de Bukavu, grouillante de monde, aux maisons adossées aux collines et imbriquées les unes aux autres.

P04-DSC03887r P05-DSC03898r
Pirogue sur le Lac Kivu                                                             Lac Kivu

P06-IMG_20180729_103626r
Rue de Bukavu 

L’accueil de notre délégation à son arrivée à Lulingu. 

A peine atterris à l’aéroport de Tshonka, chants, danses nous accueillent.  Plusieurs habitants de Lulingu sont là, dont certains ont fait plus de 35 km à pied  pour fêter notre arrivée.  

 

Revenus tout juste de 600km de piste en moto, l’abbé Felix et  son nouveau vicaire, l’abbé Guillaume nous offrent leur hospitalité.  Ils nous ouvrent leur maison et font en sorte que nous nous sentions chez nous, en mettant tout en œuvre pour que nous ne manquions de rien.  

Malgré les activités nombreuses, ils veillent à ce que nous profitions de moments de repos et de calme ce qui me permet de vivre le moment présent avec sérénité.

P07-IMG_20180723_090338r

Équipe veillant à notre sécurité et confort : Emmanuel, Justine,...

 

P08-IMG-20180724-WA0015
Les Abbés Félix et Alain échangeant sur les lois de la basse-cour

C’est aussi l’occasion de déguster  des mets « bio et local » comme les vers de palmiers grillés ou le cobaye sauce moambe.

P09-IMG-20180724-WA0032_a
Vers de palmier

Un matin, les mamans viennent nous rencontrer et nous offrir quelques présents : un coq, de la farine, des amarantes. Danses, chants, présents, prières en commun, animent notre rencontre. Tout est remerciement et louange  à Dieu pour notre présence.  Comme quoi tout n’est pas que demande en Afrique.

Rencontre avec le groupe des veuves

Accompagnée de l’abbé Guillaume (le nouvel aumônier du groupe), je partage durant deux heures les joies et préoccupations des veuves de Lulingu. 

 

P10_DSC03967r
Groupe des Mamans

Leur statut est bien précaire : à la mort de leur mari, elles n’héritent de rien, tous les biens vont aux enfants, à eux d’entretenir leur mère.  Souvent les conditions précaires de la famille ou les mésententes les laissent livrées à elles-mêmes et elles doivent se débrouiller seules.  Cultiver un champ, élever des cobayes sont des tâches  rendues pénibles par l’âge, la maladie, le découragement.  En cas de maladie, les veuves tardent à se rendre à l’hôpital par manque de revenus.  Elles s’estiment mal soignées, car les médecins et les infirmiers ne prennent pas en considération leur mal, le jugeant normal pour une personne âgée. Vu leur grand âge, ils n’estiment pas très utile d’y apporter le réconfort nécessaire.

Le groupe des veuves permet à chacune d’elle d’être écoutée, aidée, soutenue et de retrouver un peu de dignité. Ensemble, elles cultivent un champ communautaire et certaines se débrouillent très bien dans l’élevage de cobayes.  Ensemble, elles parviennent à améliorer leur quotidien. 

Projet de relance agricole 

P11-DSC03909r

Depuis quatre ans, le projet agricole est mis en place.  Grâce aux dons récoltés par la paroisse Saint- Etienne de Braine-l’Alleud, plusieurs axes sont développés.  Cette année nous apportons un nouveau moulin à maïs pour Katchungu.  Reste à charge de la population  le transport jusqu’à ce village situé à plus de 35 kilomètres de là. Comment transporter ces 200 kg sur la piste ? En vélo ? En moto. Après de nombreuses palabres et pesées, il sera acheminé par camionnette quinze jour après notre départ. 

P12-DSC03911r

Cette année, le projet agricole se consacre à la construction de cages pour les cobayes afin de faciliter leur élevage et les protéger des prédateurs. Des compostières destinées à enrichir le sol des potagers sont aussi construites.

P13-DSC03920r

Le travail est lancé, il faut le poursuivre …Gageons que l’année prochaine, on trouvera une compostière dans tous les potagers et une cage dans chaque maison.  

Partage sur les 10 ans du jumelage avec les Waongozi
et les communautés de Lukala et Tshonka.

 

P15-DSC03969r
Poster 10 ans de jumelage

Ce poster amené dans nos bagages (et laissé sur place) est notre base de travail pour mettre en évidence les apports du jumelage entre la paroisse Saint-Etienne de Braine-l’Alleud et la paroisse Sainte- Barbe de Lulingu.    Une des joies les plus souvent citées est celle de recevoir une délégation de Belgique chaque année.  Pour cette région enclavée, oubliée de tous sauf des bandes armées qui sèment la terreur sur les pistes ou lors des pillages, c’est un élément essentiel qui les aide à vivre ces réalités parfois bien compliquées. Quelle joie de partager ensemble l’évangile, de se ressourcer, de célébrer l’eucharistie, sans oublier les conseils de l’expert agricole Claude Museme.  

P14-DSC03977r
Travail en carrefour sur les 10 ans du jumelage

P16-IMG_20180726_123512r
Communauté de Lukala

La session sur les 19 martyrs d’Algérie

P17-DSC03979r 

Les prières spontanées en fin de session me permettent de comprendre combien chacun de nous peut être rejoint par les vies données des martyrs d’Algérie.  Beaucoup de waongozi (responsables de succursales de la paroisse) épinglent le courage des missionnaires, leur ténacité dans une situation pas si éloignée de la leur (insécurité, incompréhension de leurs proches, isolement…)  Je suis frappée par l’amour qui animait ces missionnaires, amour pour les Algériens, les musulmans, l’Islam, amour marqué par des gestes quotidiens dans le respect de  la culture et de la religion de chacun. 

Le festival Amani

P19-DSC03951r
Groupe LG Music

P18-DSC03945r 
Remise des médailles du mérite agricole par l'Abbé Félix, Claude Museme  et Mia

Deux après-midi de suite des jeunes chantent et dansent pour la paix à Lulingu. Des jeux entrecoupent les morceaux.  Avec l’abbé Guillaume nous mettons à  l’épreuve les enfants de 6 à 18 ans en testant leurs connaissances en géographie d’Afrique et du monde.  Mia, l’Abbé Félix et Claude remettent les médailles du mérite agricole aux meilleurs cultivateurs et éleveurs. 

DE BEAUX MOMENTS VÉCUS ÉGALEMENT À BUKAVU

Rencontre avec les enseignants de Bukavu 

Avec les enseignants de la paroisse de Buholo du père Xavier Biernaux à Bukavu, nous animons, l’abbé Alain et moi, une matinée de récollection.  A partir de l’évangile des disciples d’Emmaüs, nous découvrons la pédagogie de Jésus : cheminement, écoute, partage des connaissances, effacement afin que l’autre puisse prendre ses responsabilités et son envol. Si nos réalités pédagogiques se rejoignent souvent, les réalités matérielles sont bien différentes.  Les élèves congolais de cette école primaire ne fréquentent l’école que le matin, suivis l’après-midi, dans les mêmes classes, par des élèves du secondaire.  L’enseignant a peu de matériel à sa disposition : un tableau noir, quelques craies, quelques livres.  Sa classe est composée de 40 à 50 élèves (bien loin de nos maximum 25 élèves par classe)  et souvent, lui comme ses élèves, arrivent en classe le ventre creux. Bien qu’étant très peu payés et  ne recevant même souvent pas leur salaire, les enseignants aiment leur métier, sont fiers de leurs élèves et aspirent pour eux à un monde plus juste, plus équitable, construit grâce  aux armes de l’instruction.

P20-DSC03906r
Rencontre avec des enseignants de la paroisse Sainte-Trinité à Buholo (Bukavu) 

Messe dominicale à la prison de Bukavu 

L‘Abbé Adrien Cishugi, aumônier de la prison, nous invite à participer à la messe dominicale dans la prison de Bukavu.  Cette rencontre est des plus marquantes.  Célébrée dans la cour centrale de la prison, où tous les prisonniers passent leur journée, la messe est dite dans un bruit de fond constant puisque c’est le lieu de vie de tous les prisonniers.  La célébration  est pourtant très priante et participative : chorale, servants de messe, danseur lors de l’offrande. 

Dans ce lieu si sordide où la promiscuité est omniprésente : 1700 prisonniers enregistrés pour une prison prévue pour 400 personnes, des cellules où l’on s’entasse à plus de 100 alors qu’elles n’offrent que 40 lits…, cette promiscuité entraine la violence et l’irrespect de soi. Malgré tout, nous y découvrons des hommes qui ne se laissent pas abattre.  Que leur peine de prison soit juste ou non (certains sont accusés à tort et sans jugement) ils se prennent en main, décident de s’investir dans la vie de la prison en utilisant leur capacité de médecin, de cuisiniers, de formateurs, de choristes  afin d’y apporter un peu d’humanité. 


 

Les Photos de Pascale en Port Folio

Séjour à Kigali et visite du Parc de l'Akagera 

(98 photos)

À Bukavu 

(61 photos)

À Lulingu

(169 photos)